Présenté par Blogger.

Lettre à ma maman.



La vie ne m'a pas laissé la chance d'avoir ni frère ni soeur. Parcontre j'ai des amies qui sont si précieuses pour moi que c'est comme si elle faisaient partie de ma famille. Je ne saurai jamais vraiment "matante" de sang et ça me rend un petit peu triste, au moins j'ai mes petits neveux et nièce du coté de mon homme. Mais, ce n'est pas pareil... Vous comprendrez alors l'immense joie que j'ai ressentit lorsque j'ai su qu'une de mes amies m'avait choisie pour être la marraine de sont petit homme. Quel honneur! J'aime tellement les bébés.. J'en ai a moi et j'en veux encore plein, je travail avec eux... Ils me fascinent! Il sont a mes yeux, les plus beaux miracles de la vie. En plus d'avoir mes bébés a moi à aimer pour toujours, j'ai maintenant mon petit "doudoux" pour qui je souhaite (sincèrement!) avoir une place importante et une influence positive. Petit Edouard, je suis si contente d'être ta marraine. Je serai une main de plus tendue vers toi quand tu auras besoin, des bras réconfortants pour t'accueillir, te cajoler, t'aimer... Je serai la pour toi, c'est une promesse ! :) 

Quelque jours avant l'accouchement de ma belle amie, la maman de mon petit doudoux, j'ai composé ces lignes pour elle, pour lui et aussi un peu pour moi qui me remettait dans la peau d'une belle maman à la bedaine pleine de vie et prête a exploser... 

Alors voilà... 



Lettre à ma maman.

Toc, toc, toc! Maman tu es là?

Je commence peut-être à devenir fou, mais j’ai de plus en plus l’impression qu’il y a quelqu’un ou quelque chose qui me pousse tranquillement vers l’autre côté. La maison que j’habite depuis bientôt 9 mois se fait petite, je commence à manquer d’air et à me sentir à l’étroit... Et en plus, fouilles moi pourquoi, je suis rendu la tête en bas! Pas moyen de me replacer, je suis pogné! J’entends des sons et je perçois des choses. Ne ris pas de moi maman, mais il m’arrive d’avoir peur. J’ai peur de découvrir ce qui se cache de l’autre côté... Mais je sais que tu seras là pour moi.

Ici c’est merveilleux, je vois la vie en rose et je m’inquiète de rien. Il fait toujours beau et chaud. Je me sens tellement en sécurité. Il y a cette douce mélodie qui parvient à m’endormir quand je ne trouve pas sommeil et qui calme tout mes petits bobos. Tu sais celle qui fait boom-boom, boom-boom, boom-boom… Quand je m’arrête et que je me concentre je peux toujours l’entendre. Existera-t-elle de l’autre côté, cette belle chanson? J’entend aussi continuellement une voix, une voix si douce que je la reconnaitrai n’importe ou… La tienne maman… Parfois tu me chuchote des petits mots d’amour, et tu passes ta main juste là, dans mon dos, je réussis à la sentir malgré le mur rose qui nous sépare. Ça me fait tellement de bien maman. Aurons-nous encore ces beaux moments de tendresse bien à nous lorsque je quitterai ma maison?

Ce qui me fait beaucoup peur c’est la grandeur de la vie qui se cache de l’autre côté, je suis si petit moi maman. Ici j’ai cette corde qui me rattache à toi, je ne peux jamais te perdre. De l’autre côté seras tu toujours prêt de moi? Me donnera tu la main pour m’aider à avancer sur mon chemin parsemé de petits cailloux et m’offriras tu tes bras lorsque j’aurai besoin de réconfort? M’enseigneras tu le bien et le mal? Me feras tu découvrir le bonheur et m’expliqueras tu la tristesse? Tu sais maman, tu es tout ce que je connais de la vie présentement. Je t’aime déjà sans même savoir à quoi ressemble ton visage. Je t’aime pour ce que tu es à l’intérieur. Et si un jour lorsque je serai grand je semble oublier comment je t’aime, montre moi ton ventre. Je suis certain que le souvenir me reviendra puisque c’est la que tout a commencé…
C’est à ce moment que j’ai compris l’importance que tu auras dans ma vie, maman.

Je t’aime.




Aucun commentaire