Présenté par Blogger.

Terschelling, PAYS-BAS. Partie 2.


Dimanche matin, jour 2 de notre passage à Terschelling, nous nous sommes levés tôt pour pouvoir profiter au maximum de notre journée sur l'île. Au planning: vélo et plage! Faut croire qu'on reprend goût rapidement au pédalage. C'est tellement une activité zen, surtout lorsque le paysage est si paisible. Après avoir déjeuné, notre premier stop était le commerçant de vélo. Deux vélos, un chariot et c'est parti! Nous sommes partis du côté inverse de la veille, en longeant la mer d'un côté et les petites collines pleines de moutons blancs de l'autre (de toute beauté!). C'était vraiment paradisiaque, tout était parfait jusqu'au moment où Daniel roule sur un coquillage et que celui-ci fasse éclater une des roues du chariot, pouet-pouet-pouet... Par chance, nous avions nos cellulaires et le GPS! Nous avons réussi à trouver le numéro de la compagnie sur une vieille facture et à se faire comprendre (pas toujours évident!). Une heure plus tard, un camion de réparation est venu nous rejoindre et a changé notre chariot. Le positif là-dedans c'est que nous avons eu plein de temps pour apprécier la vue. Et voila, nous sommes repartis en direction des dunes de sable (en prenant soin de changer de chemin histoire de s'éviter une autre crevaison). 


Nous avons traversé plusieurs petits villages tous plus charmants les uns que les autres. Je me souviens avoir dit a Daniel qu'on devrait vraiment en faire une tradition pour les prochaines années et y revenir un week-end chaque printemps. Terschelling est vraiment un petit paradis caché. En chemin, nous nous sommes arrêtés au Wrakkenmuseum, un café-musée où y est exposés une foule d'objets (des plus inusités!) sauver de la mer au large de Terschelling. Nous y avons dégusté un bon café (mais il est possible d'y manger aussi) pendant que les enfants se sont amusés dans l'air de jeux extérieure complètement folle. C'est du bonbon pour les yeux! Il y a trop de choses à admirer, j'adore ce genre d'endroit plein d'histoire et visuellement, tellement stimulant. Un must si vous passez par là!


On aurait pu rester au musée encore longtemps, mais la journée avançait et il n'était pas possible (sorry!) de passer à côté des belles plages de Terschelling. Je tenais vraiment à ce qu'on y retourne, qu'on en découvre une nouvelle, que je me remplisse les poumons d'air salin encore et encore... Nous avons roulé vers les dunes, sans trop savoir à quoi s'attendre. OMG! Moment marquant, vision que je n'oublierai pas de si tôt. Parce qu'il y a eu ces énormes montagnes de sable et de foin et il y a eu CETTE plage cachée derrière. Je me souviens avoir retenu mon souffle lorsque j'ai monté la montagne et que de l'autre côté, la mer m'a sautée au visage. 


SURPRISE!!! Et ce pavillon de plage jaune beaucoup trop mignon est en fait le Heartbreak Hotel, un restaurant thématique Elvis Presley où la décoration et l'ambiance sont toutes deux complètement malades. 


C'est les bedons bien remplis que nous avons quitté le restaurant pour affronter les vents FOUS de la mer du nord. Nous avions promis aux minis de faire des châteaux de sable, alors nous avons fait de notre mieux pour nous trouver un petit coin à l'abri du vent, un peu plus près des dunes pour sortir les chaudières et les petites pelles (quand tu promets quelque chose à tes enfants hein... Ça me rappelle drôlement l'épisode du bonhomme de neige en Suisse!). 

Le chemin de retour jusqu'à West-Terschelling a été pénible. Le vent nous soufflait au visage, nos cuisses et nos fesses nous suppliaient d'arrêter! Heureusement nous avons fini par nous rendre, complètement crevés de notre journée de vélo, mais oh! combien heureux et reconnaissants d'avoir eu la chance de découvrir ce paradis. 



Aucun commentaire