Présenté par Blogger.

Terreur nocturne, je te hais.


Il est 21h15 et je viens tout juste de sortir de la chambre de Lili, je suis allée lui tenir la main après l'avoir entendue me réclamer du plus profond de son petit être. Elle a tellement hurlé fort, je me suis redressée dans ma chaise. Vous savez, ce genre de cri qui te saisit et qui te fait courir vers ton enfant parce que tu sais que ça ne va pas. Un cri de petite fille perdue et effrayée. Un cri qui fait mal au coeur de maman. Il y avait déjà pourtant plus d'une heure qu'elle s'était endormie. Une routine comme les autres, pas de film d'horreur ni d'histoire effrayante. Je savais bien lorsque je l'ai entendu et que j'ai vu l'heure, qu'encore une fois on avait le droit à une de ses terreurs nocturnes qui l'habite de temps en temps depuis que nous sommes ici. Ce n'est pas la première fois, ça lui arrive souvent. Je hais ces moments... Je les déteste tellement. Et c'est probablement parce que je ne peux rien y faire, mis appart les regarder passer alors que je souhaite qu'une chose, la rassurer, la prendre dans mes bras. Ça va mon amour, maman est là... 

Quand j'entre dans sa chambre elle est allongée dans son lit, la tête sur l'oreiller et pleur à chaudes larmes. Elle crie, elle se raidit, elle me regarde et elle réclame sa maman. Je suis là, mais elle ne me voit pas. Pourtant ses beaux grands yeux verts sont bien ouverts, grands ouverts. Elle me fixe, mais j'imagine que dans mon visage elle voit quelqu'un d'autre. Pendant ces longues minutes, je suis un monstre? Une sorcière? Une méchante dame? J'ai essayé tant de fois de la prendre dans mes bras, d'ouvrir la lumière, de la secouer un peu pour la réveiller. Rien à faire, rien ne marche. Elle est dans son rêve, dans sa tête, les yeux fixés sur moi et elle veut seulement sa maman. Une petite fille qui demande la sécurité des bras de sa maman. La première fois que c'est arrivé, j'étais complètement affolée. God que ça fait mal voir son bébé dans cet état. C'est même un peu effrayant. J'ai lu sur le sujet, je me suis informée, il n'y a pas grand-chose à faire. Attendre que ça passe. S'assurer qu'elle ne tombe pas, qu'elle ne se fasse pas mal et laisser les minutes passer. 5, 10, 15 minutes... Ce n'est pas tous les jours, ça arrive de temps en temps. C'est l'âge. C'est peut-être tous les changements. Heureusement, ça finit toujours par finir, merci mon dieu. Quel soulagement. 

Ce soir je suis allée dans sa chambre, je lui ai donné la main. Son petit coeur battait si vite, pauvre amour. Ses larmes coulaient, elle hurlait. J'ai essayé de lui flatter les cheveux pour la calmer, elle s’est raidie. Ça ne marchait pas. Je me suis mise à lui fredonner la mélodie des berceuses que je lui chante depuis qu'elle est au monde, elle a arrêté de crier. Elle respirait vite, me regardait encore avec un peu de méfiance. Ah! Que je déteste ces moments-là...


Et puis tranquillement ma belle Lili, tes yeux si apeurés se sont adoucis. Tu gémissais encore un peu. Je t'ai demandé si tu voulais que je te laisse seule, tu m'as dit non. Tu étais entre deux mondes, avec moi et dans ton rêve à la fois. Je suis restée. 

Chut, chut... C'est ok mon bébé, maman est là. 


Quelques minutes plus tard, comme chacune des fois, tu m'as regardée et tu m'as retrouvée. Tu as reconnu ma voix, mon visage, ta chambre... Et tu m'as dit, le plus normalement du monde: C'est fini maman. 


Je t'ai embrassée sur le front, j'ai replacé ta couverture et je suis sortie de ta chambre. 
Tu t'étais déjà rendormi, paisiblement.


Demain matin quand je te demanderai si tu as bien dormi, tu me diras oui. 




Elle ne se souviendra de rien demain. Ils disent qu'il vaut mieux ne pas leur rappeler leurs épisodes de terreurs nocturnes, que ça pourrait les rendre anxieux à l'heure du dodo. J'ai hâte que cette phase se termine, le sentiment d'impuissance qui m'habite lorsque ça se produit est tellement intense. Ramenez-moi les licornes et la barbe à papa! Une Lili qui chante ou rit en dormant, qui me raconte ses histoires de fées et de princesses à paillettes... 


1 commentaire

  1. la pauvre minette....c'est arrivé aussi à ma puce mais c'était beaucoup moins effrayant que ce que tu racontes, j'imagine comme on doit être désemparée....
    gros bisous à toutes les deux

    RépondreEffacer