Présenté par Blogger.

C'est reparti pour Lili!

<a href="http://www.bloglovin.com/blog/5631829/?claim=57d4x6m2qtv">Follow my blog with Bloglovin</a>


Une semaine s'est écoulée depuis le retour à l'école de Lilirose et la routine reprend tranquillement à la maison pour Elliot et moi. Je ne vous cacherai pas que j'en suis pas mal heureuse! Bien que j'adore plus que tout être à la maison avec les deux minis, après 2 mois de vacances, les idées d'activités commencent à manquer et l'amour fraternel est de plus en plus en dents de scie. Je crois que la mère était du pour un petit break aussi histoire de garder toute sa santé mentale! hihi Ils s'aiment beaucoup ces deux la... mais il n'y a rien comme s'ennuyer un petit peu pour se le rappeler et raviver le tout! Été 1 de 4: done!

La rentrée de Lili s'est bien passée. Nouveaux amis, nouveau prof (british this year! Bien hâte de voir si Lili pognera un petit peu de son accent, ça serait tellement cute!), nouvelle classe... Elle était prête et je suis convaincue qu'elle s'adaptera haut la main comme toujours. Avec ce que j'ai vu de sa capacité d'adaptation l'an passé alors qu'elle ne parlait pas un mot d'anglais, je sais qu'elle a le potentiel pour tout réussir! Je suis tellement fière du petit bout de femme qu'elle devient et mes oreilles ont encore peine à y croire lorsque je l'entends s'exprimer si clairement en anglais. J'en suis jalouse! Les petits devoirs sont déjà recommencés, ce sera une grosse année. Je suis encore stupéfaite de voir la matière qu'elle apprend par rapport à son âge. Ça va vite! C'est intense! Mais l'important c'est qu'elle suit la cadence et qu'elle réussisse bien. Et puis nous, de notre côté, on fait notre possible pour rendre nos voyages les plus éducatifs possible. Voyager, c'est tellement enrichissant pour les enfants! 

Alors voilà, alors que ma fille entame sa deuxième année sur les bancs d'école, je profite de ma dernière année à la maison avec Elliot parce que l'an prochain déjà ce sera son tour. Je suis vraiment contente d'avoir ce temps avec lui, c'est des moments que je n'ai pas eus avec Lili lorsqu'elle avait son âge puisque j'étais à l'école ou en stage à l'hôpital pour finir mes études en soins infirmiers. J'ai un peu l'impression que c'est mes congés de maternité que je n'ai jamais vraiment eus! 

Comme promis, je vous mets quelques photos de sa première journée d'école et de son cornet, cette belle tradition allemande que j'adore. Je suis prête à gager que cette deuxième année passera super vite! De là l'importance d'en profiter au maximum... 


Normandie, je t'aime! - Honfleur, FRANCE.


Honfleur, tu m'as surprise! Honnêtement je ne m'attendais pas du tout à un paysage aussi charmant. Quelques photos sur pinterest m'avaient fait de l'oeil et parce qu'on logeait tout près je m'étais dit qu'on avait rien à perdre à aller s'y promener. Avoir su... C'est là que j'aurais aimé loger! J'aurais aimé pouvoir voir Honfleur le soir, tout illuminé et je n'aurais pas dit non à quelques heures de plus pour flâner dans les rues de cette charmante place. Vous prévoyez visiter la Normandie? C'est là qui faut déposer les valises!


Tout autour de ce plan d'eau y sont accostés les bateaux. Les bâtiments de différentes couleurs et hauteurs (ça me rappel Amsterdam) habitent de petits restaurants et des boutiques. Les crêperies sont à l'honneur (YUMMY!) et nous nous sommes justement arrêtés dans une d'entre elles pour déguster une galette de sarrasin (nostalgie bretonne) et une crêpe au caramel au beurre salé. Un vrai régal! Nous sommes arrivés tôt à Honfleur, nous avons alors pu profiter du calme de la place avant que les rues se remplissent de touristes, j'en suis bien contente. Je suis le genre de fille qui étouffe lorsqu'il y a trop de gens. J'aime cent fois mieux les endroits déserts que noir de monde, surtout avec les enfants (Trop de stress pour la maman!). 

Merci pour la photo Lili! ;) 


Et puis bon, pour mettre une touche de féérie dans le paysage, il y avait ce petit carrousel à côté des bateaux. "Ok Lili et Elliot, si vous mangez bien et que vous vous tenez tranquille au restaurant vous avez droit à un tour. Deal?" Ça marche presque toujours. 


Quand on voyage, dans ma sacoche je traine toujours (en plus des couches et des lingettes) un deuxième chandail pour Elliot. Pas besoin de vous faire un dessin hein?


L'Europe me fascine toujours autant par son histoire qu'on ressent partout, tout le temps. Les petites rues, les maisons toutes croches... Je suis certaine que dans ce genre de place, les fantômes y dansent la nuit. Et cette porte rouge, c'est sa couleur flamboyante qui à capté mon attention en premier. La fenêtre grande ouverte, tu ne peux pas faire autrement que d'y jeter un oeil. Il avait une famille qui venait sans doute de finir de manger, ils faisaient la vaisselle ensemble. Ils jasaient et riaient, ça sentait bon... C'était beau. 

Dans un si joli décor, dur de ne pas avoir le sourire aux lèvres... ou la face pleine de gelato au chocolat pour certain. On a eu bien du plaisir! Le cidre de pomme était succulent. Faut savoir voyager non seulement avec ses yeux, mais aussi avec son nez et surtout avec sa bouche! Ahhh, nous nous reverrons un jour ma belle Normandie.

Notre premier été européen.


Voilà, l'été est déjà presque terminé et j'ai pourtant l'impression de ne pas l'avoir vu passer. Faut dire que malgré les vacances scolaires, les enfants à la maison et le travail de Daniel (on a gardé nos vacances pour plus tard), nous ne nous sommes pas ennuyés une seconde. Cet été, les enfants ont appris à jouer ENSEMBLE et à user de leur imagination pour mettre un peu de fun dans leurs journées. Certes nous avions des petits séjours en Bretagne et en Normandie de planifiés, mais pour le reste, nous avions misé sur un été tranquille, sans horaires chargés d'activités. J'ai vraiment apprécié de voir mes enfants s'inventer toutes sortes de scénarios pour s'occuper la tête et les petites mains. Ils ont inventé une tonne de jeux, dessiné, peinturé, bricolé... Il a fallu quelques fois que je leur propose des petites activités, mais la plupart du temps, ils savaient s'occuper. Je me rappelle justement de cette semaine ou chaque jour Lili avait décidé que c'était la fête d'une différente personne (Lili, Elliot, moi, Roseline la poupée, Lapin-lapin...) et où le but était de décorer un peu la maison, installer un pique-nique (le diner et un petit dessert qui servait de gâteau d'anniversaire) dehors, fabriquer une carte de souhaits et chanter "bonne fête!" au chanceux de la journée. Et juste avec ça, mes minis étaient bien heureux. Comme quoi les laisser s'ennuyer un peu de temps en temps n'a rien de mal... Allo la créativité! J'aime les enfants créatifs.


L'été marquait également le début de notre belle vague de visite qui s'étendra jusqu'en mars l'an prochain. Ça me fait plaisir de recevoir les gens chez moi, de partager avec eux un peu de notre quotidien ici, de notre rythme de vie campagnard... Il y a eu Anabelle et sa famille qui ont été de passage quelques jours et avec qui nous avons passé de bons moments. Nous nous connaissions uniquement virtuellement par le biais de son blogue sur la littérature jeunesse Les P'tits Mots-dits auquel j'ai la chance de collaborer, mais j'ai eu l'impression de la connaître depuis toujours. Je suis convaincu que c'est le début d'une belle amitié, on se ressemble sur plein de points et vraiment, ça a cliqué. Merci internet, encore une fois! 

Il y a aussi eu le père de Daniel qui est venu nous rendre visite et ça, j'ai vraiment senti que ça a fait plaisir aux enfants. Ils grandissent tellement vite mes petits amours et d'être loin comme ça des personnes significatives de leur vie me rend parfois un peu triste. J'étais contente de les voir jouer avec leur grand-père. Le contact humain... Le vrai... Ce n’est pas comme le téléphone ou l'internet. Ça fait du bien. Ça touche les coeurs.


Nous voilà repartis pour une deuxième année en terre européenne. Je me sens d'attaque, prête à affronter d'autres sortes de défis, pousser l'adaptation à un nouveau niveau. Je ne crois pas qu'on puisse s'adapter totalement à un nouveau pays comme celui-ci si rapidement, c'est un travail constant, c'est apprendre à gérer les obstacles, les crises d'ennui... C'est aussi d'apporter quelques changements à sa façon de penser, de voir les choses, de voir la vie. Je suis tellement consciente du bienfait d'une attitude positive des parents sur l'adaptation des enfants. Pas le choix, on fonce! :) 


Psst: Ces photos ont été prises à Xanten, en Allemagne!

KRANKENHAUS: Un mot tout doux qui veut dire hôpital.


Ça c'est Elliot quelques instants avant qui se cogne la caboche bien comme il faut sur le coin de mon armoire à livres. Ne venez pas me dire qu'il a l'air d'un ange. Elliot c'est le casse-cou de la famille, le téméraire, celui qui n'a peur de rien. En fait, je crois qu'il pense qu'il marche sur l'eau. Il est toujours grimpé partout ou en équilibre sur une patte là où il ne faut pas. Dites-moi que vous connaissez ça vous autres aussi? Quand je repense à ma douce Lili de 2 ans et demi, je n’en reviens pas comme les deux sont opposés au niveau du degré de supervision que je dois/devais effectuer... 

Donc voilà, un matin cette semaine, après s'être faufilé en douce à l'intérieur par la porte patio avec son vélo (il n'en était pas à son premier avertissement le tannant, le vélo c'est dehors!), il a décidé de prendre la maison pour une piste de course pendant que j'avais le dos tourné. Ça roule tellement mieux un plancher de céramique, jusqu'à ce que BOUM! Je vous épargne le reste des détails, c'était la fin du monde dans la maison. Lili hurlait encore plus qu'Elliot parce qu'elle était convaincue que son petit frère allait s'en aller au ciel... Hiii lala. Enfin bref, quelle belle journée pour aller faire connaissance avec le système de santé allemand. Let's go à la krankenhaus! 

Pour une première expérience, j'ai été plus que satisfaite (bien que j'aurais préféré ne pas avoir à y aller bien sûr). Pouvez-vous croire qu'en moins de 45 minutes on était de retour à la maison avec un petit homme poqué au sourcil recollé (ouf, on a évité les sutures de justesse!) et ce après avoir ouvert notre dossier, attendu dans la salle d'attente, passé au triage et avoir été traité par le docteur! Efficace ces Allemands. J'avais un peu peur pour la barrière de langue, mais tout c'est bien déroulé, le personnel parlait un petit peu anglais donc la communication était possible. HOURA!


Plus ça va, plus je pense à mettre Elliot dans une bulle de plastique... Depuis notre aventure à l'hôpital je passe mon temps à lui dire de faire attention. Pauvre moi qui croyait qu'il allait avoir appris sa leçon... Pantoute!  Tu n'as pas fini de t'inquiéter la mère... 

En attendant que le soleil se couche sur Étretat.


La première fois que j'ai eu vent de l'existence des falaises d'Étretat, c'est en tombant il y a quelques semaines sur un article publié sur le blogue Chroniques D'une Chocoladdict (je vous invite à visiter, c'est super inspirant!) alors que Virginie y racontait son voyage en Normandie. Il ne m'en fut pas plus pour ajouter ce lieu incroyable à ma liste de place à voir avant de repartir pour le Canada. Je n'avais juste pas pensé que je visiterais Étretat dans un avenir aussi rapproché... C'est fou ce que deux filles qui placotent autour d'un café peuvent faire! Alors, c'est vendredi que nous avons décidé que nous partions (avec un couple d'amis et leur petit garçon) pour la Haute-Normandie le samedi matin. Une fin de semaine de trois jours devant nous, l'envie folle de voir les falaises, de la belle température de prévue... Why not now? Si on m'avait dis que je pourrais prendre ce genre de décision aussi spontanée dans ma vie, un road trip en France à moins de 24h d'avis, je n'y aurais pas cru. Samedi matin, 6h, on quittait pour la terre de nos cousins français...


C'était dimanche, la Normandie nous avait déjà tellement charmés avec une foule de belles places visitées la veille, mais la raison de ce voyage improvisé restait encore à découvrir de nos propres yeux. On n'avait pas peur, j'étais plus que certaine que l'endroit allait nous plaire. C'est arrivé en haut de la falaise que la beauté d'Étretat nous a jetés par terre. C'est étrange de se retrouver devant un paysage aussi grandiose, on se sent si petit, si privilégié d'être là... 


Une des particularités d'Étretat, autre que ses falaises, est sa plage de galets. Fallait pas espérer faire des châteaux de sable! On y a plutôt construit des forteresses en gros cailloux avec les enfants. Bien que la plage était bondée de monde en journée, une fois l'après-midi terminée, tranquillement pas vite, nous nous sommes retrouvés presque seuls à admirer le spectacle. Après avoir assisté à un magnifique coucher de soleil breton quelques semaines auparavant et avoir adoré l'expérience, Daniel et moi avons décidé qu'il fallait tenter le plus possible d'assister à la tombée du jour un peu partout dans nos prochaines destinations, de là où la vue est la plus belle. Je ne repartais pas d'Étretat sans voir le soleil s'éteindre au loin. Que ce fut un beau moment... 


Nous nous étions donné rendez-vous. Trois familles québécoises vivant la même belle et folle aventure d'expatriation en Allemagne pour quelques années. Nous avons juste profité du moment ensemble, autour de quelques bonnes bouteilles de cidre et d'un petit pique-nique en attendant que le soleil se couche. Les enfants ont eu du plaisir à jouer ensemble sur la plage et nous à placoter de tout et de rien. La golden hour (mon heure préférée de la journée) s'est installée doucement, tout est devenu doré, puis rosé. La journée n'aurait pas pu mieux se terminer. Le temps de retourner en haut de la falaise, là où la voiture était stationnée, la noirceur commençait à se montrer le bout du nez. Les enfants bien crevés de leur grosse journée de découvertes ne se sont pas fait prier pour trouver le sommeil aussitôt installé dans l'auto, signe d'une journée bien réussie pour nous mais pour eux aussi, le plus important.