Présenté par Blogger.

Notre journée au camp de concentration... en famille.


Il y a quelques semaines nous sommes allés visiter un camp de concentration, celui de Bergen-Belsen situé au nord de l'Allemagne. C'était notre première fois. 

Depuis que nous habitons l'Allemagne, Daniel et moi nous sentons bien évidemment plus interpelés par l'histoire des guerres. Nous écoutons beaucoup de documentaires, nous sommes témoins de certaines célébrations commémoratives, nous visitons des lieux historiques... Et même parfois, sans le vouloir, de petites choses croisent notre chemin et nous rappellent comme l'Allemagne à une histoire lourde à porter. En déménageant ici, nous savions que vous voulions explorer en profondeur notre pays d'adoption. Après tout, il marquera quand même un chapitre important de notre histoire familiale. Il était certain que nous ne voulions pas fermer les yeux sur les horreurs de la guerre qui se sont passées sur ce bout de terre, au contraire, nous tenions à les voir, à nous en rappeler, à y réfléchir et à grandir un peu en tant que personne face à tout ça. 

Je me suis questionnée longtemps. J'ai fait des recherches sur internet pour avoir différents avis de la part des gens ayant déjà visité le camp. Est ce que mes enfants de 3 et 6 ans ont d'affaire à aller là? C'était ma question. Pour être franche, la majorité était contre. Ça semblait presque unanime, cet endroit n'est pas recommandé aux jeunes enfants. Je pouvais franchement très bien comprendre pourquoi sans même y avoir mis les pieds encore. Un centre de documentation comme celui-là se veut avant tout un lieu de commémoration et de ressourcement. C'est une place qui te vire à l'envers, qui te donne froid dans le dos, qui te fait mal au ventre. Ce n'est pas de la fiction, c'est la réalité, c'est la triste et horrible réalité. Personne ne souhaite voir des enfants énervés courir partout, grimper sur tout, crier ou déranger. Ce n'est pas qu'on en veut aux enfants, il faut bien comprendre. Ce n'est juste pas l'endroit idéal pour eux. Tu ne vas pas visiter un camp de concentration comme tu vas manger une crème glacée au chocolat. 

Je savais un peu à quoi m'attendre, j'étais avisée. Et parce que nous nous sommes questionnés sérieusement, parce que nous avons pris le temps de discuter Daniel et moi, parce que nous connaissons nos enfants, leur comportement, leur taux de tolérance et parce qu'avant tout nous souhaitons profiter de toutes les occasions de cette grande aventure allemande pour faire grandir nos petits et leur apprendre la vie... Nous avons décidé de visiter le camp de concentration Bergen-Belsen en famille, avec Lili et Elliot. Rosie, la marraine à Daniel qui habite ici était avec nous. C'était, malgré la tristesse de la chose, une belle expérience et jamais je n'ai regretté ma décision d'y apporter les enfants. Je ne dis pas que c'est la meilleure décision pour TOUTES les familles. Je dis seulement que vous (parents) êtes les mieux placés pour décider. Il faut seulement s'entendre sur une chose, le respect de tous et chacun est primordiale. 


C'était un dimanche d'avril, une journée spéciale puisqu'on célébrait le 71e anniversaire de la libération du camp par les Britanniques. Il y avait plusieurs personnes qui étaient venues se recueillir, beaucoup de juifs, certaines familles des victimes et même des survivants. Je n'ai pas besoin de vous dire que ça rendait l'expérience encore plus profonde. En entrant dans le cimetière des gens offraient des tulipes pour que nous puissions les déposer sur notre chemin, là où nous en aurions envie. Rapidement, l'atmosphère devenait particulière. On pouvait apercevoir les fondations des bâtiments du camp, devant chacune était inscrit des mots en allemand... Rosie m'a expliqué qu'il était indiqué le nombre de juifs mort dans ces bâtiments. Un peu plus loin, il y avait des pierres tombales, des tulipes déposées ici et là. C'était calme, froid, serein à la fois. On entendait même des oiseaux chanter. Drôle de mélange pour un endroit comme celui-là... Tu ne peux pas faire autrement que d'être touché et de ressentir quelque chose. Je ne sais pas quoi. De l'incompréhension, de la rage, de la tristesse... Et du respect, de la compassion, de l'espoir pour que plus jamais ça ne se reproduise.  L'humain est capable de belles choses, mais de choses tellement horribles à la fois. 


Bergen-Belsen est le camp de concentration où Anne Frank et sa soeur Margot ont trouvé la mort. Pour leur rendre hommage, c'est à cet endroit qu'une pierre tombale a été installée. Lilirose connait Anne Frank et son histoire. Lors de notre visite à Amsterdam, je lui en avais parlé, nous avons passé devant sa maison et je lui avais raconté son histoire, dans des mots d'enfant. Elle n'a pas tout compris je sais, mais elle a été beaucoup touchée et intriguée par cette petite fille. Nous avons même loué des livres pour enfant à la bibliothèque plusieurs fois parce qu'elle voulait qu'on lui lisent l'histoire de la petite Anne, encore. C'est quand même gros pour un enfant de 5-6 ans. Nous n'avons jamais vraiment insisté sur le pourquoi, mais plutôt sur le fait que dans la vie certaines personnes partent au ciel beaucoup trop tôt et injustement. Bref, Lilirose était "contente" de voir cet endroit précis et de s'apercevoir comme Anne Frank était aimée par plusieurs personnes, beaucoup d'enfants. C'est là que nous avons tous déposé nos tulipes.  


Alors qu'une cérémonie se tenait au mémorial, nous avons plutôt choisi de poursuivre notre chemin dans les sentiers du cimetière qui étaient pratiquement déserts (c'est plutôt un grand parc...). Les enfants pouvaient alors marcher et courir sans déranger. Un peu partout des panneaux informatifs étaient installés pour nous expliquer ce qui se trouvait aux différents endroits lorsque le camp était en opération. Plusieurs photos en noir et blanc, nous représentaient la vie d'autrefois... La triste réalité. 


Je vais toujours me souvenir de cette journée à marcher dans les traces de cette triste histoire, je vais me rappeler comment le moment était calme et silencieux malgré la lourdeur des vies brisées qui reposent sur le sol. Et entre vous et moi, voir mes enfants y courir, plein sourire et énergiques comme toujours, c'était un beau contraste... Un peu déstabilisant, mais malgré tout très beau. Les enfants c'est la vie, c'est l'espoir. 

Après avoir fait le tour du cimetière, nous sommes allés visiter le centre de documentation qui se trouve juste à côté. Les expositions y sont dures. À certains endroits (à l'entrée des petites salles où sont projetés des vidéos explicites par exemple) on peut lire des avertissements concernant les enfants, ce que j'ai vraiment apprécié. Daniel et moi nous étions dits que si jamais c'était "trop" pour Lili et Elliot, nous allions tout simplement sortir et y aller à tour de rôle lui et moi. C'était franchement bien correct comme ça. Nous avons quand même pu "filtrer" ce que nous souhaitions montrer à Lili (parce qu'Elliot ne comprend pas grand chose vu son jeune âge donc n'était pas touché par ce qu'on voyait) et répondre du mieux possible à ses questions. Ce que nous voulions surtout c'était de ne pas "traumatiser" les enfants, mais de ne pas se priver de visiter un lieu si important non plus. Je pense qu'on a très bien su gérer et j'en suis heureuse. J'ignore si nous irons visiter d'autres camps dans le futur, mais cette visite nous a fait grandir déjà énormément. 


Aucun commentaire