Présenté par Blogger.

Hallstatt, un matin de mars.


Il ne faisait pas bien chaud ce matin-là, le temps était gris et humide. Je croyais bien avoir la chance de voir tomber des flocons, ça sentait la neige. C'était un vrai ciel d'hiver à l'Européen. La route qui reliait Oberammergau, le coin de Bavière où nous logions, et Hallstatt s'annonçait quand même longue (3h30), mais ce petit bijou autrichien plutôt méconnu en valait le coup si nous nous fions à ce que racontent les différentes compilations des plus beaux villages d'Europe. Bien que le ciel était menaçant et que des averses étaient attendues là où nous nous dirigions, nous avons décidé de faire comme toujours et de se foutre un peu de la météo. D'ailleurs, si nos voyages sur le vieux continent nous ont bien appris quelque chose c'est ça... Au diable la pluie, le vent et les probabilités de n'importe quoi. Si nous nous arrêtons à la température, nous passerons à côté d'une foule de belles aventures. Après tout, nous ne sommes pas en Europe assez longtemps pour avoir peur du mauvais temps. 

Avant même de rejoindre le centre du village, alors que nous longions le lac et le pied des  montagnes, nous savions déjà par la beauté de la vue que tous les kilomètres de route parcourus pour se rendre à Hallstatt seraient justifiés. C'est dans un village encore endormi que nous avons débarqué. Quel bonheur d'arrivé tôt, avant les autobus pleins à craquer de touristes énervés (voyageurs vous me comprendrez!) et de pouvoir prendre notre temps, avoir l'impression que la place s'est faite belle juste pour nous.  


Le village était particulièrement silencieux, des petites goutes de pluie commençaient à tomber, mais rien pour nous empêcher de profiter du moment. Ce qui est impressionnant à cet endroit, c'est vraiment toutes ces maisons faites prisonnières des montagnes d'un côté et de l'eau de l'autre. La vue, lorsqu'on prend un peu de perspective et qu'on s'éloigne un peu du village est simplement magnifique.  Il y avait même tout plein de canards et de cygnes qui flottaient doucement et qui espéraient probablement se faire lancer quelques bouts de pain. Elliot avait envie d'aller se baigner avec eux, quand à Lili elle, ma grande peureuse, elle a préféré les regarder de loin, de bien bien loin. 


 Bien que le centre (la grande place) était un peu chaotique avec toute la construction, les camions, les clôtures (c'est surement cette place-là qu'Elliot a préférée!), tout était vraiment impressionnant, les maisons étaient typiquement autrichiennes, il y avait énormément de couleurs et de petits détails à apprécier un peu partout. Les gars qui travaillaient sur le chantier ne portaient pas de gros casques de protection comme on a l'habitude de les voir porter, ils y allaient plutôt avec un traditionnel chapeau en feutre et à plumes rouges et vertes. Comment ne pas être conquise par ce beau bout d'Autriche! On a même trouvé un mur rose pour que Lili prenne la pose! Elle me fait mourir avec toute cette attitude... 


Le village n'est pas très gros, rapidement nous l'avons parcouru en entier et avons exploré la plupart des petites rues. Il était drôle de voir apparaitre des ânes ici et là, entre deux maisons, des poules un peu plus loin... Et bien sûr il y avait ce spot duquel on peut apercevoir l'église et une bonne partie du village, là où la fameuse photo très populaire de Hallstatt sur internet est prise, celle qui nous à charmée et qui nous a amenés jusqu'à là. 


Avant de reprendre le chemin du chalet et parce que nos minis avaient été plutôt gentils, nous avons été jouer au parc d'amusement qui était situé au bout du village. Tu parles d'une place paradisiaque pour construire un espace de jeux... Je regardais Lili et Elliot avoir du fun dans la glissade et sur les modules de jeux et je me demandais sérieusement s'ils réalisaient à quel point il avait de la chance de jouer là, devant cette vue complètement folle, au creux de montagnes. Étrangement, je n’en avais vraiment pas l'impression, parce qu'ils jouaient comme à l'habitude, avec le même entrain, les mêmes petits yeux d'enfants heureux. Tout ce qui contait pour eux c'était le moment présent, la glissade, la Tyrolienne, le plaisir de pouvoir courir, crier, se balancer... C'est ça voyager avec les enfants, c'est une chose à la fois, l'instant présent. Et puis vous savez, c'est bien parfait comme ça. Dans mes yeux à moi par contre, le mix des deux (mes enfants qui jouent et cette vue magnifique) était vraiment parfait. 

Après-midi à Innsbruck!


J'ai de la difficulté à croire que déjà presque un mois s'est écoulé depuis notre passage à Innsbruck. Le temps passe à une vitesse folle depuis que nous sommes ici, j'ai l'impression que nous venons tout juste de nous installer dans la maison, mais pourtant nous approchons la fin de notre deuxième année en Allemagne. Deux ans ce n’est quand même pas rien, c'est le temps qu'a duré notre (trop courte) mutation à Ottawa/Gatineau (je suis trop nostalgique de notre première maison qui était plutôt pas mal à bien y penser). Quand je repense à la durée de notre dernier posting, je me dis que je ne serais tellement pas prête à quitter l'Europe cet été! Heureusement nous avons au moins une troisième année pour profiter de notre vie ici, pour continuer d'explorer les environs, pour rêver de voyages et en réaliser quelques-uns, pour continuer de grandir de cette belle aventure d'expatriation outre-mer... 

Innsbruck, oui. Pardonnez-moi, j'ai perdu le fil de mon idée première en songeant au temps qui passe. Mais oui, cette après-midi à Innsbruck en plein coeur du Tyrol en Autriche à flâner dans les rues de la vieille ville (notre activité préférée). Quand j'y repense, je sens presque les chauds rayons de soleil du printemps sur mon visage et le goût délicieux de la gelato à la pomme verte choisie par Lilou (quel délice! Je n’en avais jamais gouté de la sorte!) dans ma bouche. C'était un moment comme ça, pas tellement planifié et sans trop d'attente mise appart... être là. Nous n'avions pas fait de grosse recherche sur la ville, il y avait seulement la photo d'un endroit précis qui avait capté mon oeil de photographe et qui par le fait même nous à trainé jusqu'à là. J'étais tout de même certaine que l'endroit allait être joli et que nous y passerions un bon moment. Comment le contraire peut être possible lorsqu'on est entouré d'alpes et de bâtiments multicolores. Je ne mentionne même pas les cocos géants un peu partout et les églises si particulière à la région (moi qui est habituellement pas une grande fan)... 


Bien que ce soit quand même une grande ville (environs 190 000) et vous le savez, nous avons habituellement un faible pour les petites places tranquilles, j'ai aimé Innsbruck. En aucun temps je ne me suis sentie bousculé par une marre de touristes ou étourdie par le trafic des autos et des transports en commun qui circulent dans les rues. Il y avait toujours des petites rues où l'on pouvait bifurquer pour se perdre en toute tranquillité. 


J'adore cette photo de Lil et d'Elliot qui s'apprêtaient à rejoindre l'église pour aller en visiter l'intérieur. Elle démontre bien toute l'énergie de ces deux petits monstres-là... Leur enthousiasme me fait sourire (c'est tellement pas toujours comme ça lorsqu'on voyage hihi).


C'est cet endroit précis qui m'a attirée à Innsbruck. Le bleu-vert de l'eau, les maisons pleines de couleurs, les sommets enneigés en background... J'ai eu envie de me pincer quelques fois. Devant cette vue et devant tous les cocos de pâques géants installés un peu partout au centre de la ville. Les enfants couraient d'un à l'autre et voulaient que je les photographie avec chacun des oeufs, leur petit lapin en chocolat à la main et plus souvent qu'autrement, leur plus belle grimace. Non mais, quelle bonne idée cette genre de chasse aux cocos géants... Innsbruck, t'es hot! ;)


Je n'ai assurément pas tout vu de la ville, je n'y suis pas restée bien longtemps, mais les quelques heures passées dans les rues à profiter de toutes ces belles couleurs avec ma petite famille ont été merveilleuses. Des fois il faut savoir se laisser surprendre et juste profiter du moment et se laisser nos pas guider notre tête. À refaire plus souvent! 

Notre week-end en images!


J'ai été tranquille sur les réseaux sociaux ce week-end puisque nous avons quitté la maison pour aller profiter de deux belles journées en compagnie de Rosie, la marraine de Daniel et celle qui occupe un peu la place d'une grand-maman pour les minis... Ils l'aiment tellement! Et nous aussi! C'est toujours tellement agréable.

Notre fin de semaine a été chargée de belles activités qui nous ont fait vivre vraiment des émotions contradictoires, tantôt très heureuses et tantôt tristes entre la visite au Zoo et celle d'un camp de concentration (vous pouvez imaginer...). Chose certaine, c'était super de passer du temps en famille et de pouvoir explorer un autre bout d'Allemagne. Nous avons été faire un tour au Safaripark ZOO Stukenbrock et nous y avons passé l'après-midi. Et puisque la partie "safari" se faisait en genre d'autobus jaune (repeinte pour l'occasion!), j'ai pu montrer à Lili ce à quoi ressemblera son futur autobus lorsque nous retournerons au Canada et elle n'en croyait pas ses yeux! QUOI MAMAN? IL N'AURA PAS DE SEAT BELT??? ahah faut dire qu'ils sont bien servis en terme d'autobus scolaire ici (je dirais plutôt autobus voyageur), il aura sans doute une petite adaptation à ce niveau à notre retour. Bref, c'était bien drôle! Les minis ont adoré voir les tigres et les lions, mais leur partie préférée... Les singes mangeurs de pop-corn! 



Après le tour en autobus, nous sommes montés à bord d'un petit train aux fenêtres en grillage pour aller voir les petits singes de plus près et leur donner un peu de pop-corn sucré. Après s'être bien empiffré lui-même, Elliot s'est chargé d'attirer les petites bêtes jusqu'à lui plutôt rapidement et vraiment sans crainte (fidèle à lui-même, il n'a peur de rien!). Lili elle est toute le contraire de son frère et elle à peur de tout (ce qui dans le fond ne me dérange pas tellement, elle observe beaucoup et apprivoise ses craintes tranquillement). Il a fallu qu'elle combatte sa peur (elle a changé d'idée une fois assise dans le train, les singes ne lui semblaient plus du tout si mignons une fois tout près d'elle) et qu'elle soit brave en masse pour finalement apprécier l'activité. Elle n'a pas voulu les nourrir, les regarder lui suffisait! J'ai eu un peu peur que ça la traumatise (parce que j'avoue que lorsqu'ils arrivent à 4-5 en même temps et se pendent sur les grillages pour te soutirer du pop-corn, ça peut être un peu impressionnant...) mais avant d'aller au lit, lorsque Daniel lui a demandé ce qu'elle avait le plus aimé de sa journée, elle a répondu le train et les singes... Faut croire qu'elle a bien aimé ça malgré tout! C'est plaisant de surmonter ses craintes... Un bel apprentissage pour ma Lilou! Be brave! On se le répète souvent elle et moi en se faisant un petit clin d'oeil... À chacune ses challenges hein!  



Bien assise dans le milieu du banc, sans bouger une fesse! Je suis pas mal fière d'elle... C'est les petites victoires qui compte hein! On voit l'allure du courage dans ses petits yeux.


Et je vous épargne les 48957834 tours de manège que nous avons faits ensuite. Les enfants ont tellement eu de fun! Il faisait beau, il n'y avait pas trop de monde, tout le monde était content! Daniel n'était pas un fan de la gigantesque glissade qu'on a du fait 25 fois (divisé par deux, chacun notre tour t'sais! hihi). 


Je profiterai d'un prochain billet pour vous partager notre visite au camp de concentration parce que... c'était particulier et je crois que ça mérite d'être écrit de façon réfléchie, quand j'aurai eu davantage de temps pour songer aux mots que je souhaite mettre sur les émotions qui nous ont habitées lorsque nous y étions... Et qui nous habitent encore, parce qu'on a ouvert les yeux sur une bien triste et épouvantable réalité. Bref, plus tard... 

C'était un magnifique week-end et j'espère que le votre l'a été tout autant! Je vous embrasse xox