Présenté par Blogger.

Notre petite vie d'été.

Hello fall! 

Nous y sommes déjà. Où sont passés ces deux mois? Je suis tellement contente de retrouver ma saison favorite, mais un peu triste de tourner la page de cet été qui a été tranquille, simple et enrichissant. Nos deux mois ensemble à la maison ont passé à la vitesse de l'éclair, malgré notre horaire plutôt vide laissant place semaine après semaine à l'imagination et à la débrouillardise. Pas de camp de jour, pas de gros voyages et surtout aucune culpabilité. Je souhaitais que Lili décroche du quotidien organisé auquel elle doit bien normalement se soumettre durant l'année scolaire et je voulais qu'Elliot lui profite de ses derniers moments à la maison au maximum. Je ne crois pas qu'aucun des enfants se soit ennuyé beaucoup. Peut-être juste un peu, juste assez... le temps que leurs méninges se secouent et laissent la magie de leur créativité opérer. 

WEEK-END EN FAMILLE : 10 choses à faire à La Haye!


Que serait un été sans temps passé au bord de l'eau? Chez moi c'est inconcevable. Même si le mot d'ordre pour notre été 2016 était « simplicité » et que nous nous étions dit qu'on ne se planifiait pas de gros voyages très loin pour profiter plutôt de notre coin de pays, je souhaitais vraiment trouver un week-end pour profiter de la plage en famille et se ressourcer à la mer. Après avoir analysé la carte, ce petit bout de Hollande situé à 2h30 de la maison s'avérait très bien pour combler nos (mes?) besoin d'air salin. Un mélange parfait de ville, d'architecture et de mer, surtout de mer. Nous avons paqueté les valises (et les minis!) et hop! C'était parti pour trois jours de nouvelles explorations en terre hollandaise...

Retour sur la rentrée.


Je m’étais promis de revenir laisser une trace ici de cette étape si importante dans la vie de mes petits, celle de la rentrée scolaire. Je voulais documenter leur première journée d’école. La rentrée d’Elliot, surtout. Trop souvent, parce qu’il est le deuxième bébé, j’ai l’impression de négliger ces petits moments de sa vie, de tourner les coins un peu plus ronds, de rendre les choses un peu moins officielles… Et pourtant. Il en mérite tout autant, pauvre amour. Je me rattrape aujourd’hui, alors qu’on est presque rendu à un mois découlé depuis le début des classes. J’ai repassé une à une les photos prises au matin de la première journée d’école de Lilou et celle d’Elliot (ils ont commencé à quelques jours d’intervalles) et je n’avais pas besoin de chercher bien loin dans ma tête et dans mon cœur pour retrouver l’ambiance du moment et les sentiments qui m’habitaient. Il y avait tellement de bonheur et de détermination dans leurs petits yeux que je ne pouvais pas faire autrement que d’être fière d’eux, contente de les voir excités à l’idée de quitter pour l’école.

Ma belle grande Lili qui avait hâte de retrouver son école, ses professeurs et ses copains. Mon petit homme qui lui, était trop content de pouvoir enfin monter à bord de l’autobus et d’imiter sa grande soeur. Si l'adaptation de Lili pour cette nouvelle année ne m'inquiétait pas du tout puisqu'elle en est à sa 3e, celle d'Elliot me tracassait un peu plus, je dois vous l'avouer. Non pas parce que je doute de ses capacités, son intelligence et tralala, juste parce que vous savez... c'est mon petit bébé. Il est encore si petit du haut de ses 3 ans et demi...


Deux beaux petits matins, un plein soleil et un plutôt pluvieux. Le sac était prêt, le cornet les attendait sur la table au réveil et nous avons pris la traditionnelle photo, comme à chaque année.  Il y avait de la fébrilité dans l'air! Lili était tellement énervée de voir son petit frère commencer l'école, c'était beau à voir et tellement réciproque parce que je me souviens avoir vu Elliot partager le bonheur des rentrées de sa soeur chaque année. C'était un beau moment de complicité (et ça faisait changement des chicanes qui finissent plus).


Elliot... J'ai à peine eu le temps de lui dire au revoir (laisse faire les bisous pis la petite larme la mère!) qu'il était déjà disparu à l'intérieur de l'autobus. Comme de vrais parents secrètement angoissés (faut surtout pas le laisser paraitre), nous avons suivi l'autobus et avons été espionner notre petit homme dans sa nouvelle classe pour nous assurer qu'il était correct.  Je savais bien que oui... Avec une grande soeur dans les parages, ça aide toujours. Vous auriez dû le voir à la fin de la journée par contre... Un vrai petit zombie. Il était complètement épuisé, mais bien heureux de sa première journée.

Et nous sommes là, un mois, une bonne grippe, deux otites, une sinusite, une run d'antibiotique aux bananes et 4 jours d'absence plus tard (Tout ça pour Elliot, bien sûr. OMG... je suis essoufflée juste d'y penser), la rentrée est chose du passé. Ça n'a pas été de tout repos, on est encore dans l'adaptation. J'ai souvent le droit à des pleurs le matin : « Maman, je ne veux pas aller à l'école...» ou encore : «C'est trop long l'école maman, garde-moi à la maison...». Le sac à dos aussi gros que lui, chaque matin je dois l'aider à grimper les 4-5 marches de l'autobus histoire qu'il ne tombe pas à la renverse. On rit bien, mais ça me brise un peu le coeur, je le trouve si petit (je l'ai déjà dit, je sais). Je sais que bientôt ça ira mieux. Et il est toujours bien souriant à la fin de la journée, c'est ça l'important. 

Revenir à la maison dans le silence complet et avoir la journée pour m'entendre penser, c'est encore tellement étrange pour moi. J'y prends goût, même si j'ai l'impression qu'il me manque un morceau. Hey, mon ménage dure toute une journée... C'est complètement fou, avouez.

La vie va trop vite, mais on profite de chaque instant.

TEN ON TEN : Septembre 2016


Déjà le 10 et un mois s'est écoulé depuis ma dernière publication sur le blogue. Ce défi photographie me prouve une fois de plus comment le temps passe vite, j'en suis presque étourdie. Je suis un peu déçue de moi de ne pas écrire davantage, j'ai tellement d'image, de tranches de vie, de récits de voyage et d'exploration à vous partager. J'étais juste trop fatiguée. Faut dire qu'août est passé comme une balle. Un week-end de vacances sur le bord de la mer du Nord, de la belle visite de Havre-Saint-Pierre (vous pouvez imaginer comment le son de leur bel accent m'a fait du bien), la rentrée scolaire des minis, une autre absence de l'homme... Les journées se suivaient, mais ne se ressemblaient pas du tout. Le soir venu, par lâcheté ou manque d'énergie, j'ai trop souvent choisi Netflix au lieu de venir donner des nouvelles ici. Il y a mon lit aussi que j'ai régulièrement été retrouvé plus tôt qu'à l'habitude. Aucune culpabilité ici, juste une bonne prise de conscience. Ce n'est pas parce qu'on ne travaille pas et qu'on reste à la maison qu'on n'a pas le droit d'être épuisée. Je me suis écoutée, c'est ce qu'il fallait. 

Septembre, septembre, septembre... Ça sonne doux à mes oreilles. Presque autant qu'octobre. L'automne arrivera bientôt, ma saison préférée! L'automne c'est mon nouveau départ. Bien que les journées soient encore bien chaudes ici (je crois que notre été est décalé, vraiment), je sais que les feuilles finiront par changer de couleur. sous peu Le début des classes, le retour de la routine, les émissions qui reprendront bientôt, les foulards, les bottes, les petites laines... J'adore. 

En attendant la suite, je vous partage notre journée du 10 septembre avec plaisir. Un beau samedi où le pain frais nous attendait au pied de la porte à 6h du matin (On test un nouveau service de boulangerie mobile et franchement, c'est le bonheur de se levé avec du pain frais!), un petit Elliot qui récupère de deux otites et d'une sinusite (belle rentrée), une Lili qui ne cesse d'écrire et de dessiner dans son petit cahier (Elle est belle à voir!), une sortie dans les magasins et du bon temps de qualité en famille. 


Un enfant crotté, mais bien heureux. C'est le principal, non? Un petit bonheur de fin de soirée au village.


Et lorsque tout d'un coup, il a eu peur de se faire pincer une fesse par l'amie Autruche...
Nous sommes plutôt allés donner un peu d'amour aux bambis d'à côté et retomber amoureux de ce rythme de vie si doux.

Bon septembre xox


Ten on ten : Défi photographique initié en 2008 par Rebekah Gough et repris (five on five maintenant) par Lyne de Confession de French Lily. Le 10 de chaque mois, 10 photos pour rendre hommage à tout ce qu'il y a de beau dans le quotidien de nos vies ordinaires.  Dix photos c'est trop? Il existe aussi le five on five! Bref, l'important c'est de capturer cette beauté qui vit chez vous