Présenté par Blogger.

Mots pour septembre qui s'en va


MOODICI J'écrivais en écoutant cette délicieuse "playlist" d'automne. Pèse sur play, c'est beau. 


Je ne sais plus trop combien de fois je me suis assise devant l’ordinateur et où j’ai ouvert une page blanche dans le but d’écrire un petit quelque chose à partager ici. Chaque fois j’étais certaine que j’en avais envie, je pensais avoir un truc à raconter, des photos à publier et puis finalement… non. Je finissais par tout refermer. Les mots ne sortaient pas (ou bien c’est moi qui les retenais?). Alors je me disais qu’au fond, c’était peut-être parce que ce n’était pas ce que je souhaitais faire réellement, là, dans le moment présent. Et parce que mon mantra de l’été était : « Prends le temps de faire ce qui te rend heureuse et fais le souvent! »,  je passais à autre chose sans un soupçon de culpabilité ni un sentiment de pression sur les épaules. C’est merveilleux de s’écouter (vraiment je veux dire) et c’est donc bien niaiseux de se stresser pour rien comme ça, pour des choses qui importent peu. Allooo Vanessa, il t’a fallu 30 ans pour le découvrir… Après tout, personne n’allait mourir si je ne publiais pas nos escapades du moment ou si vous vous passiez de nos nouvelles quelques semaines, quelques mois… quelques saisons même.  Je ne m’inquiétais pas. Je savais que j’allais revenir parce qu’ici c’est chez nous depuis tellement longtemps, c’est un peu la maison qui reste toujours malgré les déménagements et qui nous suit sur les différents chemins empruntés. C’est des bribes de notre histoire, nos souvenirs. C’est important pour moi. So… Here we are!


L’été à la maison a été doux. Bien que notre horaire était allégé au maximum et faisait plutôt place à l’improvisation quotidienne, je n’ai pas vu le temps passer. Faut dire que ça a commencé fort avec notre voyage en Écosse aussitôt l’école des petits terminés. LE voyage de notre aventure européenne! Nous en sommes revenus chamboulés, un peu transformés… Un amour encore plus fort pour les montagnes, les grands espaces, la simplicité, pour la nature sauvage des Highlands et sa beauté brute. Il faut que je trouve le temps de vous raconter et de laisser des traces ici de ce voyage qui nous a tant marqués. La nostalgie du retour de voyage, vous connaissez? Jamais ça ne nous avait autant touché.

Nous sommes revenus et juillet était déjà bien avancé. Il nous restait quelques semaines seulement avant la reprise des classes et nous les avons passées à bricoler, à jouer dans l’eau, à visiter les parcs du quartier… Des petits voyages d’une journée ici et là pour combler nos envies d’exploration, mais rien de gros. Les enfants ont pu décrocher de leur routine et se sont très bien amusés avec pas grand-chose. Ils ont tellement d'imagination... C’était parfait, simple et en plein comme j’avais envie que ça soit.

En ce qui me concerne, j’ai vraiment l’impression que l’été de mes 30 ans m’a été bénéfique. J’ai renoué avec de vieilles passions et je ME suis consacré beaucoup plus de temps pour faire ce qui me fait du bien, pour prendre soin de moi. J’ai continué de m’investir dans ma pratique de yoga et je n’ai pas abandonné la course (Je vous avais dit que je m’y suis mise sérieusement depuis mars dernier? Dure à croire, je sais! Je cours!). Je peux dire haut et fort que je suis fière de moi, je suis heureuse, plutôt épanouie et de plus en plus confiante. Je me sens sur mon "X" plus que jamais ce qui est un peu ironique puisque nos plans d’avenir ont rarement été si incertains (nous ne savons même pas où nous serons dans 9 mois…). Bref, il s’est passé quelque chose intérieurement, entre mes deux oreilles, une espèce de lâcher-prise qui fait du bien. Un besoin de simplicité, une urgence de ralentir et de profiter du quotidien, un état de gratitude bien présent, une vision différente de la vie et de nombreuses réflexions sur mes priorités… C’est le yoga, la sagesse des quelques rides qui ont trouvé leur place sur les coins de mes yeux verts, ou juste tout ce temps que je m’accorde maintenant? Je l’ignore, mais il n'est pas question que je fasse autre chose que de continuer de cheminer dans cette direction. Je sonne un peu illuminée, hein? Ahah! Tant pis! C’est tellement bon de se sentir connectée et à la bonne place, il faut en parler.


Sinon et bien, vous devinez qu’il s’est quand même passé une tonne de choses durant l’été. Des trucs plus importants, d’autres moins:
  • Elliot a finalement appris à faire du vélo sans petites roues! Ses genoux n’ont pas été épargnés, mais il est bien heureux de pouvoir maintenant faire comme sa sœur! 
  • Lili a perdu une palette… et puis deux. Elle a un sourire d’enfer! Ma petite fille devient si grande… je vois déjà la mini ado au fond de ses yeux. Je ne me tanne pas de lui tirer le portrait, deux grosses dents en moins. Je la trouve magnifique. Les p’tits détails de leur vie d'enfant… Ces moments sont si vite passés. Il faut les chérir. 
  • L’homme s’est blessé au cou en s’amusant avec les enfants (les jeux de papa, vous connaissez ça hein). Heureusement, après plusieurs mois et plusieurs traitements de physio, il retrouve doucement (très, très doucement) sa force et sa bonne condition physique. T’sais quand la vie te pousse à ralentir… 
  • La chevelure d’Elliot, comment ne pas mentionner ce point important. Chop! Chop! Il voulait des cheveux courts. Ça le change tellement! Je trouve qu’il a l’air encore plus tannant. Il est terrible... mais maudit que je l'aime.
  • Je me suis mise à l’aquarelle et ça me fait du bien à l’âme. Rien de moins. C’est reposant. J’ai toujours aimé dessiner, peinturer… Ça faisait si longtemps que je voulais essayer l’aquarelle. Je me suis dit que ça suffisait le niaisage, je me suis acheté le matériel nécessaire et je me suis lancée. GO! Prochaine affaire : le tricot! J’aimerais tellement ça… pour vrai là!
  • Lili a débuté les cours de danse écossaise à l’école et elle adore ça. Depuis le temps qu’elle voulait danser… Je suis heureuse! C’est une dame originaire de l’Île de Skye qui lui enseigne. Bien sûr ça alimente nos discussions et nos rêveries à propos de ce beau pays. Elle n’arrête pas de me dire que plus tard elle vivra en Écosse. Je n’ai absolument rien contre ça, moi. Ahhh Scotland...  



Alors voilà! Je suis heureuse d’être là. Je suis contente de vous retrouver, au commencement de l’automne, ma saison préférée… Celle qui nous fait donc bien aimer le confort de notre foyer, mais apprécier la beauté de la nature qui se transforme. C’est le retour des repas réconfortants, des thés épicés, des chandelles qui feutrent l’ambiance de la maison… J’accueille cette saison comme un souffle nouveau et je vais profiter au maximum des beaux moments notre dernier automne allemand nous offrira. 


Aucun commentaire